Canal Alpha

Journal du Lundi 23 mars 2020


L’armée est déployée dans les hôpitaux neuchâtelois

Une blouse blanche cache leurs treillis militaires, mais ils sont bien là. Après la protection civile mardi dernier, l’armée a été déployée, ce matin à 9 heures, sur les sites du Réseau Hospitalier Neuchâtelois de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel, afin de libérer des médecins pour lutter contre le coronavirus. 90 militaires se relaient désormais 24h/24 et 7jours/7 dans 8 unités de soins classiques, sur les deux sites. Avec l’arrivée rapide de ces troupes sanitaires, le RHNe souhaite anticiper, pour être prêt. Dans un premier temps les militaires seront formés au travail spécifique de chaque unité de soin.

Les chiffres du coronavirus ce lundi 23 mars

Les chiffres n’en finissent pas d’augmenter, avec près de 1’000 nouveaux cas confirmés par jour en Suisse depuis jeudi. L’OFSP annonce 8’060 personnes atteintes et 66 décès. Dans un rapport, il relève que l’âge médian des personnes ayant succombé est de 85 ans. Par ailleurs, l’Office fédéral de l’environnement recommande de renoncer au tri sélectif des déchets afin d’éviter toute contamination par ce biais.

Un hôtelier prêt à accueillir les soignants frontaliers

Nazmi Mehmetaj est au chômage technique. Propriétaire de l’Hôtel Restaurant de l’Ours à Courroux, il s’est vu contraint, comme beaucoup de ses confrères hôteliers-restaurateurs, de fermer son établissement. Mais en voyant la solidarité à l’oeuvre en cette période de crise, il a décidé de mettre à disposition les chambres de son hôtel pour le personnel soignant frontalier de l’H-JU. Il attend ses premiers « clients », les chambres sont prêtes.

Les maraîchers réinventent leur distribution

Que ce soit à La Neuveville, à Yverdon ou à Courgenay, les maraîchers ont dû faire face, coup sur coup, à la fermeture des restaurants et des marchés, pour satisfaire les nouvelles recommandations de la Confédération. Ceux qui ne travaillent pas avec la grande distribution ont dû se réinventer, notamment en organisant de ventes dans leurs serres ou en organisant des tournées. D’autres, cherchent d’autres solutions.

Une plateforme pour relancer l’économie ultra-locale

Les initiatives se multiplient pour continuer de faire vivre le commerce de proximité, face aux e-shops de masse qui prennent des grosses parts de marché en cette période de crise sanitaire. Dès ce soir sera mise en ligne la plateforme demazone.ch, une initiative de la société chaux-de-fonnière VNV, prestataire et intégrateur de services et de solutions informatiques. Ses responsables proposent, pour l’instant, uniquement aux commerces « ultra-locaux » des villes de Neuchâtel, Le Locle et La Chaux-de-Fonds, la possibilité de vendre leurs produits en ligne de manière efficace et sécurisée.

Son entreprise ne connaît pas la crise du coronavirus

Alors que de nombreuses entreprises doivent fermer, la faute au coronavirus, certains commerçants sont très demandés dans l’alimentaire. Les grandes surfaces voient défiler beaucoup de clients, les petites enseignes aussi. Michaël Terrier est poissonnier itinérant dans le Jura. Même s’il a dû revoir ses emplacements, les clients ont su le retrouver et viennent nombreux, presque plus qu’habituellement.

Les fleuristes sont en train de faner

Toute la Suisse est en situation extraordinaire jusqu’au 19 avril et seuls les commerces de première nécessité sont ouverts. Les fleuristes et les horticulteurs n’en font pas partie. Cette décision a condamné leurs fleurs et leurs plantes destinées à la vente direct. Sauf que ces métiers travaillent avec le vivant, pour avoir quelque chose à vendre d’ici quelques semaines, il faut planter maintenant. Nous avons rendu visite à Schurch Fleurs à Corcelles pour savoir comment il gère la crise.

L’invité: Florian Németi à la rescousse des entreprises

Une multitude d’entreprises tournent au ralenti, d’autres sont à l’arrêt total, et des milliers d’employés découvrent le chômage partiel avec la crise du coronavirus. La Chambre neuchâteloise de commerce et d’industrie, dirigée par Forian Németi, tente de répondre et d’orienter chacun au mieux pour trouver une aide dans le panel proposé par la Confédération et le canton. Pour qui et comment faire une demande de RHT ou d’APG? Des fiches explicatives sont en ligne sur cnci.ch, et une boussole encore plus précise sera mise en ligne ce mercredi, en lien avec le Service de l’économie neuchâtelois.

Comment les pharmaciens vivent cette période

Le coronavirus continue de se propager en Suisse. Le personnel, dans le domaine de la santé, est mobilisé, comme il ne l’a jamais été auparavant. Les employés de la Pharmacie Cattin, à Delémont, nous expliquent comment ils vivent cette période difficile. La demande de désinfectant est 200 à 300 fois supérieure à la normale. Le responsable conseille de ne plus se rendre en pharmacie, mais d’appeler, pour se faire livrer.

Criminalité en baisse dans le Jura, en hausse à Neuch

Après la crise du coronavirus, faisons un détour par d’autres statistiques que celles des malades: celles de la criminalité. Dans le Jura, le total des infractions au Code pénal diminue de 7% en 2019, alors qu’il augmente de 11% à Neuchâtel, en raison d’une criminalité particulièrement faible en 2018. Toute la région voit par ailleurs la cybercriminalité augmenter. Et avec les arnaques liées au coronavirus, nul doute que la tendance ne s’inversera pas en 2020.

ArcInfo pleure la disparition de Stéphane Devaux

Nous avons eu le choc et la tristesse d’apprendre la disparition d’une grande figure du journalisme dans la région: Stéphane Devaux, corédacteur en chef du journal ArcInfo. Il s’est éteint vendredi d’un malaise cardiaque, à l’âge de 60 ans. Engagé par la Société neuchâteloise de presse en 1988, il avait aussi été, durant plus de six ans, le rédacteur en chef du Journal du Jura, avant de retrouver L’Express et L’Impartial en 2016. L’année suivante, il devenait l’un des deux rédacteurs en chef des journaux et pilotait la fusion en un titre unique, ArcInfo. Un symbole très fort, dans un canton de Neuchâtel tiraillé.