Canal Alpha

Journal du Lundi 30 avril 2018


Une rhinocéros lâché en pleine ville de Neuchâtel

22 sculptures d’animaux grandeur nature ont débarqué dans les rues de Neuchâtel. Intitulée « Témoins à charge », cette exposition conçue par l’artiste italien Davide Rivalta et co-organisée par AP Projets d’Art SA et la Ville de Neuchâtel sera visible du 5 mai au 2 septembre.

Alerte au pollen à Moutier

L’image fait peur à tous les allergiques. C’est un véritable nuage de pollen qui a été filmé, hier soir, à Moutier. Beaucoup de pollen est libéré en ce moment, parce que de nombreux arbres sont en fleurs. Il pourrait s’agir de pollen de bouleau, de charme ou encore de frêne.

Quelques machines à tricoter Dubied enfin exposées

La plus ancienne usine Dubied, à Couvet, accueille pour la première fois, depuis samedi, six vieilles machines à tricoter du même nom, pour une exposition temporaire. Ce n’est que l’ébauche d’un grand projet qu’a voulu relancer l’association du Musée industriel du Val-de-Travers, qui végétait depuis une décennie. Les membres de la Noble corporation des anciens tricoteurs assurent la visite durant la Quinzaine du patrimoine scientifique et industriel neuchâtelois, du 28 avril au 6 mai. Pourtant, la plus importante collection Dubied se trouve en fait en Argovie.

Le bois, c’est mieux que dans les trois petits cochons

Si certains lui préfèrent la brique, le bois a aussi de nombreux avantages dans la construction. Mettre en avant les atouts de ce matériau était justement l’objectif des visites de maisons en bois organisées, samedi, à Bassecourt, par Energie-bois, Interjura et Lignum Jura. Le bois représente une offre compétitive, selon les associations de promotion.

Porrentruy en a vu de toutes les couleurs, samedi

La 2e édition de la Course Arc-en-ciel s’est déroulée, samedi, à Porrentruy. 200 personnes de tous âges ont parcouru 4km à travers les rues de la cité bruntrutaine, dans une ambiance festive et colorée. Si leurs T-shirts étaient tout blancs au départ, il ont bien changé durant la course pour finalement se parer de belles couleurs. Le comité a aussi choisi d’intégrer les commerçants de la place à son projet.

Inauguration du premier réseau équestre « Marguerite »

Saint-Ursanne accueillait, ce dimanche, l’inauguration du premier réseau équestre du Projet Marguerite. La Confédération, le canton de Berne et le canton du Jura s’unissent pour développer le tourisme à cheval. Les 450 kilomètres dans le secteur du Clos du Doubs sont une première étape. A terme, 1’000 kilomètres devraient être proposés aux touristes dans le Jura et le Jura bernois.

Un escape game pour les enfants à Delémont

L’idée est venue d’une mère de famille de Vicques, Floriane Guédat. Adepte de jeux d’enfermements, elle a suggéré à La Croisée des Loisirs d’en créer un. Le Directeur a dit « banco », faites-lle. Et elle l’a fait. Jeudi passé, des écoliers delémontains sont venus le tester dans le centre de loisirs, avant son ouverture ce 1er mai.

Quand l’ancien Evêché de Bâle est devenu suisse

Les Archives de l’ancien Évêché de Bâle, à Porrentruy, publie un ouvrage dédié aux années 1814-1815. Époque charnière pour le pays et le Jura, qui a vu l’ancien évêché devenir suisse. L’ouvrage répond a un manque historiographique sur le sujet. Jean-Claude Rebetez, conservateur des archives, nous explique en quoi cette époque est capitale pour la Suisse d’aujourd’hui.

Tournez la Meule, un festival artisanal à Neuchâtel

La 5e édition du festival « Tournez la Meule » s’est tenue, du vendredi à dimanche, au théâtre de la Poudrière à Neuchâtel. Sa particularité? Il propose des genres musicaux aussi variés que le yodel, le rock ou la chanson française, avec l’utilisation de la voix comme point commun fédérateur. Cette année, les enfants ont participé en fabriquant des instruments en matériaux de récupération, avant de monter sur scène avec le groupe genevois Quiet Island.

Les Vamps au Festilaaf: tous nos vieux de bonheur

Vendredi, Festilaaf accueillait Vamp In The Kitchen, spectacle dans lequel le nouveau duo des Vamps, Lucienne et Solange, tente de sortir de l’image de vielles qui leur colle à la peau. 34 ans après la constitution du premier duo, Lucienne a certainement dû répondre à toutes les questions des journalistes. On a choisi de parler mode, plus précisément, de bas de contention. Mais que les jeunes ne rient pas trop fort, ils en prennent aussi pour leur grade.