Canal Alpha

Journal du Lundi 6 novembre 2017


La dignité humaine est un défi tout autour du pays

Ils font le tour de Suisse, soit 1’000 kilomètres, pour faire améliorer le traitement des requérants d’asile dans le pays. La marche pour les droits et la dignité humaine est arrivée à Delémont, aujourd’hui. Son initiatrice, Lisa Bosia Mirra est partie de Bellinzone le 15 octobre, et y retournera le 10 décembre après 50 étapes. Parmi les marcheurs, nous avons rencontré Ali Hussein, un Palestinien arrivé en Suisse il y a deux mois. Demain, ils feront route vers Moutier, à la recherche d’un hébergement.

La science appelle les jeunes, et ils viennent en famille

La fondation «La Science appelle les jeunes» célébrait ce samedi, à Microcity, son 50e anniversaire lors du Festival Scientastic, organisé par l’EPFL à Neuchâtel. Depuis un demi-siècle, cette fondation a pour but d’éveiller l’intérêt des jeunes pour les sciences et de les inciter à effectuer de la recherche de manière autonome. Lucie Bovet, responsable du Bureau romand, explique qu’il s’agit également pour les jeunes chercheurs, comme Emilie Hertig, de créer son premier réseau professionnel.

Faire plaisir tout en faisant marcher l’industrie locale

Une marque de bijoux jurassienne bernoise vient de voir le jour. FYVE, contraction des prénoms de Francis et Yves, ses deux créateurs, a été présentée, vendredi, à Bienne. Les bijoux sont, en grande partie, fabriqués à Eschert, dans les montagnes qui surplombent Moutier. L’histoire de cette entreprise commence au début des années 2000, avec le développement d’un système de fermoirs de bijoux innovant. Ils déposent le brevet en 2006, pour ce système nommé « Harpoon ».

Ferme opposition au plan d’économies bernois

La Conférence des maires du Jura bernois et de Bienne se positionne contre le plan d’économies prévu par le Conseil-exécutif cantonal. Elle dénonce un report de charges sur les communes, sans compensation. Plusieurs des 150 mesures envisagées par le plan d’allégement ont été jugées comme disproportionnées, notamment les coupes dans les services d’aides et de soins à domicile, ainsi que dans les transports scolaires.

Les Justes racontés à la synagogue de Delémont

Ils étaient la lumière dans l’obscurité. Les Justes sont ces personnes qui ont porté secours aux Juifs, durant la Seconde Guerre mondiale. Le mémorial de Yad Vashem honore 26’000 de ces héros, dont au moins 90 Suisses. Le chef du service historique du DFAE, François Wisard, en découvre encore après la publication de son livre « Les Justes suisses ». Jeudi dernier, dans la synagogue de Delémont, il a raconté leurs histoires, dont celles de quelques ressortissants de l’Arc jurassien.

L’intérieur de la Maison du Carnaval prend forme

En 2014, après 2’500 heures de bénévolat, la Maison du Carnaval à Delémont inaugurait un premier appartement. Samedi, elle a présenté la deuxième étape, avec l’aménagement d’un local de costumes et d’une cuisine. Cela représente 6’471 heures de travaux bénévoles. Gérée par une société coopérative, la Maison du Carnaval prévoit encore d’aménager un espace de stockage, un local de réunion et un deuxième appartement.

Un concours d’escalade trop à l’étroit au Locle

Malgré un nombre record de 50 participants, l’organisateur du 6e Sommar’contest d’escalade voit plus grand. A défaut d’un nouveau complexe au Locle qui se fait attendre, Jean Chèvre envisage d’ouvrir sa propre structure à La Chaux-de-Fonds. Quant à la salle actuelle, mise à disposition par la Mère Commune, les grimpeurs doivent la partager avec d’autres utilisateurs, ce qui limite l’utilisation de l’installation à un après-midi par semaine.

Le selfie, une maladie narcissique admise partout

Le chercheur français Bertrand Naivin a analysé le phénomène du selfie, nouvelle pratique photographique qui a fait son entrée il y a tout juste un an dans le dictionnaire. Quand il est pratiqué avec frénésie, le selfie n’a plus grand-chose à voir avec la tradition picturale de l’autoportrait. C’est une réduction du monde et de soi à des instants fugaces et drôles derrière lesquels on se cache. La vacuité et la mise en scène de l’ego dénoteraient également d’une absence d’espoir dans le futur.

And we want you to know that this is… Kurtis Blow!

La légende américaine du rap Old School, Kurtis Blow s’est produit, vendredi soir, au SAS à Delémont. Il est le 1er rappeur ayant atteint le succès et aussi le 1er à avoir signé avec un label majeur, Mercury. Il avait percé avec son tout premier tube « Christmas Rappin », sorti en 1979 et vendu à plus de 500’000 exemplaires. Pourtant, tout n’a pas été simple pour ce chanteur de maintenant 58 ans, qui a grandi dans le ghetto de Harlem, à New-York.