Canal Alpha

Journal du Mardi 11 avril 2017


L’union fait la force pour 25 stations de ski romandes

25 stations de ski romandes s’unissent, pour vous proposer un abonnement unique à CHF 359 la saison. Parmi elles, on trouve des « monstres » tels que Crans-Montana, mais aussi Les Bugnenets-Savagnières, Crêt-du-Puy et Tramelan. Cette coopération découle d’un constat: les Suisses aiment skier, mais ne skient pas assez! En cause, les prix trop élevés. Un comparatif avec la Slovaquie a notamment déclenché cette idée d’offre promotionnelle.

L’affaire « Elisa » est devant les juges à Porrentruy

Le tribunal pénal de Porrentruy se penchait sur l’affaire « Elisa » aujourd’hui. Une vague de cambriolages qui avait frappé le Jura, le Jura bernois et même Soleure et le canton de Vaud entre février 2014 et juillet 2015. Parmi les 3 prévenus, 1 seul était présent aujourd’hui à l’audience, les 2 autres sont en fuite. 2 Seulement ont été jugés aujourd’hui. L’acte d’accusation comporte 142 chefs d’accusation et 51 parties plaignantes. Les prévenus doivent répondre notamment de vol en bande et par métier.

La Halte des amis pourra héberger des migrants

La commune de Muriaux ne voulait pas que l’ancienne Halte des amis, aux Emibois, deviennent un centre pour 30 à 50 migrants. Mais elle n’a pas obtenu gain de cause, suite à son recours auprès de la juge administrative du Jura. Cette dernière estime que le propriétaire était dans son bon droit, confirmé par la jurisprudence: il avait sollicité la commune pour l’informer de son intention de louer le bâtiment à l’AJAM et le changement d’affectation ne nécessitait pas de plan spécial. La commune de Muriaux dispose encore d’un recours auprès de la Cour administrative.

La discothèque de Saignelégier passe à la Trappe

C’est bientôt fini de danser jusqu’au bout de la nuit dans les Franches-Montagnes. Après 30 ans d’existence, la discothèque la Trappe va fermer ses portes à la fin du mois de mai. La fréquentation a baissé et le bâtiment a été vendu. Un entrepôt accompagné d’appartements pourraient voir le jour. La Trappe organisera plusieurs soirées à Pâques et les samedis suivants pour terminer par une soirée d’adieu le 27 mai.

Un micro microscope aura Neuchâtel dans son ADN

La Fédération suisse de recherche en microtechnique, basée à Neuchâtel, est engagée dans le projet européen « ChipScope ». Pendant quatre ans, des experts tenteront de mettre au point un microscope, de la taille d’une puce. La FSRM ne conduit pas de recherches, mais s’occupe de la communication du projet vers l’extérieur. Elle a été mandatée par un Barcelonais qui avait déjà donné des cours pour l’organisation neuchâteloise. D’ailleurs, celle-ci espère que la collaboration avec des instituts espagnols, italiens, autrichiens et allemands lui permettra de recruter de nouveaux profs.

Sauver la fritillaire, c’est faire une fleur à la nature

La fritillaire est une belle fleur, qu’on pourrait tous rêver d’avoir dans sa cuisine, mais il ne faut surtout pas la cueillir: elle est actuellement en voie d’extinction, à cause des changements de pratiques agricoles, des barrages et de la cueillette. Le Parc du Doubs a inauguré samedi, à La Chaux-de-Fonds, une exposition SOS Fritillaire pour mettre en garde la population face à cette plante en régression. Un projet pour la sauver a été mis en place.

Le film sur l’A16 est dans les salles de la région

« Au bout du tunnel, la Transjurane » de Nicolas Chèvre et Claude Stadelmann est sorti dans les salles de la région au début du mois. Une manière de se replonger dans l’histoire de l’A16 côté jurassien mais avec une bonne dose d’humour. Le collectif chaux-de-fonnier, Plonk et Replonk a collaboré au documentaire. Une volonté de Claude Stadelmann qui souhaitait contraster son oeuvre.

Christian n’aime pas les effets de coupe, il les Addor!

Christian Addor, non pas le coupé-décalé, mais le découpage, collage de photographie. L’artiste plasticien, autodidacte, expose en ce moment, à Neuchâtel, dans la galerie d’art du « Balkkon » et au restaurant « L’Interlope ». Après avoir construit sa réputation avec le groupe de musique « Débile Menthol », dans les années 1980, celui qu’on surnomme « Dodo », également connu pour avoir été le premier programmateur musical de la Case à Chocs, s’est lancé dans l’art plastique à 42 ans. Pas de quoi effrayer ce bientôt sexagénaire, hyperactif-créatif.