Canal Alpha

Journal du Mardi 28 novembre 2017


Dominique Perret, du Châpeau-Rablé à l’Everest

Invité par sa ville natale, La Chaux-de-Fonds, le skieur freeride Dominique Perret est venu donner une conférence aux entrepreneurs des Montagnes. Il leur a donné sa vision du risque et a rappelé qu’avant d’atteindre des sommets comme l’Everest, il a appris à skier au Châpeau-Rablé. Pour rappel, il a, tout de même, doublé James Bond et été sacré « Freerider du siècle » en l’an 2000.

Géothermie profonde, les séismes inquiètent le Jura

Le canton du Jura a demandé des comptes à Géo-Energie Suisse après un séisme survenu en Corée du sud le 15 novembre, dans une région où l’entreprise participe à un projet de géothermie profonde. Les experts sont partagés, et se demandent s’il n’y a pas une cause directement liée à ces travaux. Suite aux conclusions, les instances cantonales demanderont l’avis d’experts indépendants, avant de donner leur feu vert définitif à l’expérimentation à Haute-Sorne, laquelle est pilotée justement par Géo-Energie Suisse.

Les BKW reverdissent leur image à Courtételle

Les BKW vont financer les travaux de revitalisation du ruisseau de Châtillon à Courtételle. Il s’agit ici de la première réalisation écologique financée par l’entreprise dans le canton du Jura. Six projets étaient candidats. Ce dossier ne faisait pas partie de la planification stratégique du canton. Selon François Gerber, directeur de Biotec qui chapeaute le projet, il aurait sans doute fallu attendre longtemps pour obtenir un budget pour sa réalisation. Les travaux, qui devraient avoisiner CHF 1 million, débuteront dans un an.

Future Storyworlds emmène le NIFFF au CERN

Le NIFFF est en tournée en contrée genevoise. Rassemblés autour d’un atelier sur les récits dystopiques au CERN, scientifiques et créateurs suisses se sont rencontrés pour échanger leurs idées. Ces deux jours « extra muros » prolongent l’objectif du festival neuchâtelois de créer des plateformes de rencontres et d’échanges entre divers acteurs. Anaïs Emery, directrice artistique du festival, se réjouit de cette nouvelle collaboration, événement unique en Suisse romande.

A Ste-Croix, les philatélistes sont tout sauf timbrés

Pour ses 90 ans, la société philatélique de Sainte-Croix a accueilli la Journée du Timbre le week-end dernier. Une exposition-concours philatélique nationale qui a réuni plus de 50 participants, dont trois habitants du cru.

Sans regret, adjugé, pour le Club 44

Une vente aux enchères unique et exceptionnelle a réuni les amoureux d’art, ce week-end, à La Chaux-de-Fonds. Le Club 44 s’est séparé de sa collection, qui date des années 1960 à 1980, lorsque l’institution était une galerie. Comme nous l’explique la commissaire-priseur, Célia Schiess, ces oeuvres dormaient dans un dépôt. Le but était de leur donner une deuxième vie, en permettant à chacun de les acquérir à un prix intéressant, allant de CHF 40 à 5’000 pour quelques pièces exceptionnelles.

Philanthropique, cette société, la preuve!

Le cercle du Val-de-Travers de la Société philanthropique suisse Union a organisé, samedi soir, à Fleurier son repas d’anniversaire. Avec ses 128 membres, il est le plus grand dans notre pays. L’Union en a profité pour remettre des dons, d’un montant total de CHF 12’000 à quatre associations régionales. Elle aide également les personnes démunies. Le nombre de membres a diminué de moitié et la société recherche de nouveaux adhérents. L’année prochaine, l’Union philanthropique suisse fêtera ses 175 ans d’existence.

Quand le bouddhisme abandonne le zen pour la haine

Après un dictateur et l’avocat des nazis, le réalisateur suisse Barbet Schroeder s’est intéressé à un moine bouddhiste islamophobe. Son troisième documentaire « Le Vénérable W. », actuellement en salles, boucle ainsi sa trilogie sur le mal. Ce week-end, il faisait le tour des cinémas de l’Arc jurassien pour faire la promotion de son film et répondre aux questions du public, comme ici à

A l’école primaire de Tramelan, on ne lit pas, on slame!

Ça devait être une semaine de lecture pour les élèves. Mais l’école primaire de Tramelan a préféré inviter Slameur de Grand-père, venu de Paris, pour qu’il transmette sa passion aux enfants. Ils ont, durant les premiers jours, travaillé les phrases et les rimes pour ensuite les mettre en texte et les slamer. La classe que nous avons suivie a choisi le thème de la guerre. Les élèves ont ensuite couronné leur semaine musicale en se produisant lors d’un spectacle devant leurs parents.