Canal Alpha

Journal du Mardi 6 août 2019


Baoshida Swissmetal a été rachetée

Baoshida Swissmetal, basée à Reconvilier, a enfin pu être rachetée par André Rezzonico, et tous les emplois sont sauvés. Selon un communiqué, la transaction a été conclue hier et prend effet au 1er août. Elle a été approuvée par le commissaire au sursis concordataire et autorisée par le tribunal compétent. Les activités industrielles et commerciales se sont poursuivies sans interruption.

Mais si, les vignerons jurassiens existent!

Loin de la liesse veveysanne, la première fête des vignerons du Jura a eu lieu ce week-end. L’événement était co-organisé par Martin Buser, l’un des sept vignerons du canton. Il est le plus ancien: il s’est mis à la viticulture en 1980. A l’image de son rouge, souvent primé, il estime que le Jura produit un excellent vin et qu’il serait temps d’en être fier. La Fête du vin jurassien était là pour le rappeler, même si elle n’a pas connu le succès escompté.

Un an après, le FC Bassecourt renaît de ses cendres

Un peu plus d’un an après l’incendie, qui a ravagé la tribune du FC Bassecourt, son président Francis Rebetez compte bien aller de l’avant. Il a présenté un projet de reconstruction et d’agrandissement des vestiaires. Mais cela a un coût: les assurances n’ayant payées que 80% des dégâts, le club devrait lancer, d’ici deux mois, un financement participatif. L’octroi du crédit d’agrandissement sera soumis au vote de l’assemblée communale de Haute-Sorne. S’il est accepté, les travaux pourraient commencer en octobre.

Série d’été: les coulisses du réseau d’eau potable

Grâce au Lac, cet été, la plupart des communes du canton de Neuchâtel ne souffriront pas du manque d’eau potable. Viteos nous a ouvert les coulisses de son réseau d’eau de boisson. L’entreprise neuchâteloise exploite environ 1000 kilomètres de conduites pour alimenter près de 100’000 habitants. Une quarantaine de personnes du service des eaux entretiennent, développent et exploitent ce réseau.

Best of: l’eau, grand désespoir d’Enges

La décision n’a sans doute pas été simple à prendre. Enges, qui a subi deux sécheresses consécutives en 2017 et 2018, avait décidé de ne plus autoriser de nouvelles constructions sur son territoire pour les deux prochaines années en mai dernier. Un accroissement de sa population mettrait en péril l’alimentation en eau de la commune. Profiter de celle du lac de Neuchâtel pourrait être une solution.

L’invitée du journal: Elisabeth Simon

Elisabeth Simon partage sa vie, depuis quelques années, entre les Franches-Montagnes et le Mali. Sur le continent africain, elle lutte notamment contre la malnutrition des enfants et contre le Noma, une maladie d’origine infectieuse qui y est souvent liée. Elle retourne le 21 août à Bamako. Elle ne peut plus se rendre dans le centre du pays à cause des risques d’enlèvement. Depuis 2008, elle est appuyée par un groupe d’amis dans le Jura, lesquels ont créé une ONG en 2014, l’Association AVEC Mali-Jura.