Canal Alpha

Journal du Vendredi 16 mars 2018


La prison de Gorgier, version new-look, inaugurée

10 ans après l’octroie des crédits par le Grand Conseil neuchâtelois, les travaux d’agrandissement et de rénovations
de la prison de Gorgier, sont enfin terminés. Ce vendredi matin, la presse était conviée à l’inauguration de l’établissement pénitencier, version new-look. Doté de 54 places avant les travaux, l’EEPB peut désormais accueillir 64 personnes, conformément aux exigences du législateur. La prison, entièrement désamiantée, bénéficie, entre autres nouveautés, d’une sécurité renforcée et d’une nouvelle salle de visite.

A Neuchâtel, à vélo, vas-y mollo!

80% de séniors neuchâtelois le disent dans un sondage: le bord du lac fait plus peur que le bord de la route. En cause, les engins à roulettes rapides et silencieux. La ville a donc décidé de faire campagne pour calmer le rythme. Avec « Vas-y mollo », les services de la santé et de la mobilité tiennent à rappeler la base de la cohabitation sur les rives, à savoir le respect entre tous les usagers. Neuchâtelroule en sait quelque chose, le comportement des cyclistes étant l’un des premiers objets de plaintes des piétons du bord du lac.

La sécheresse aura eu raison de plusieurs arbres

La saison passée, les nappes phréatiques étaient au plus bas. La faune et la flore en souffrent, bien sûr, et certains arbres ne tiennent pas le coup lors des épisodes de sécheresse. Les bûcherons ont donc du travail à La Chaux-de-Fonds, où 42 arbres doivent être abattus en ce début d’année. Nous les retrouvons au Parc Gallet.

Ludesco: à vos marques, prêts, jouez!

La 9e édition du festival de jeux Ludesco a débuté ce vendredi à La Chaux-de-Fonds. Les organisateurs, qui espèrent attirer jusqu’à 4’000 visiteurs durant les 55 heures de la manifestation, ont innové en proposant notamment des escapes games. Autres nouveautés, le laboratoire de fabrication de jeux (FabLab) ou encore la salle dédiée à l’imaginaire (L’Imaginarium). Les centaines de jeux et d’animations ludiques sont à retrouver notamment à la Maison du Peuple et au Club 44.

David Jobin et Léa Jeambrun sportif/ve de l’année

Sept prix ont été remis, hier soir lors de la cérémonie des Mérites sportifs jurassiens. Voici la liste des lauréats: David Jobin (sportif de l’année, champion de Suisse avec le CP Berne), Léa Jeambrun (sportive de l’année, championne de Suisse de gymnastique sans engins), Valentin Nussbaumer (jeune talent du HC Bienne), la FSG Bassecourt (équipe de l’année, deux podiums aux relais des championnats de Suisse), la Femina Sports Glovelier (équipe espoir de l’année, championnes de Suisse C5 aux agrès). Deux prix spéciaux ont été remis à Benoît Gogniat et à l’US Montfaucon.

37 cracks neuchâtelois ont reçu leur coup de pouce

Comme chaque année, la BCN, Groupe E et la Société neuchâteloise de presse ont remis une enveloppe aux athlètes qu’ils ont retenus comme méritants. Ainsi, 37 enveloppes ont été distribuées par la, désormais, « Fondation Sport NE ». Selon Gilles Allemann, président de la commission de répartition, cette nouvelle identité doit permettre aux athlètes de véhiculer plus facilement l’image de ce soutien. Cette année, CHF 76’000 ont été offerts, mais les généreux donateurs souhaiteraient être rejoints par un nouveau partenaire et, ainsi, en offrir plus aux sportifs neuchâtelois.

L’AJAR à la FARB pour une performance littéraire

Trois écrivains membres de l’Association suisse de Jeunes Auteur-e-s Romands (AJAR) étaient en représentation, hier soir, à la FARB de Delémont. A l’invitation de l’Association pour le promotion de la lecture, le trio a interprété des textes, écrits par le collectif. Le but de cette représentation, selon Guy Chevaley, auteur de Genève, est de plonger le public dans un univers, et de casser les codes de la lecture publique.

On remonte le temps à Saulcy

Si Saulcy est connu loin à la ronde, c’est grâce à son restaurant, aujourd’hui fermé, surnommé “les 18 fesses“. On l’appelait ainsi parce que les tenanciers, dans les années 1950, avaient neuf filles. A cette époque, c’est dans le bistrot que tout se passait. Les hommes s’y rencontraient, parlaient politique et se transmettaient les ragots du village. C’est cette histoire qui est racontée dans la pièce de théâtre écrite par Anne-Laure Lovis et Stéphane Stegmüller: « Aux 18 fesses. Si l’hôtel m’était conté… » qui sera jouée jusqu’au 24 mars à Saucy.