Canal Alpha

Journal du Vendredi 2 novembre 2018


Ça va être tout noir à Val-de-Ruz

Lundi, le Conseil général de Val-de-Ruz se prononcera sur un projet jamais tenté à cette échelle en Suisse: éteindre l’éclairage public après minuit. La commune de 17’000 habitants serait ainsi la plus grande du pays à réduire ainsi sa pollution lumineuse, néfaste pour la santé et la faune. La population y est favorable et l’économie annuelle serait de CHF 30’000. Mais cette expérimentation pose uen question de la sécurité. La commune serait-elle responsable en cas d’accident? Elle pourrait cependant opter pour un éclairage dynamique. La lumière s’allumerait alors à l’approche de personnes.

Le nouvel H145 de la REGA atterrit sur la place fédérale

Plus de 3’000 personnes se sont massées autour de la place fédérale, à Berne, pour assister à la présentation du premier des sept nouveaux hélicoptères de sauvetage de la REGA. Son cockpit dernière génération et son habitacle repensé permettent de prendre en charge les patients plus rapidement. Il fallait bien ça quand on sait que la REGA intervient environ 15’000 fois par année en Suisse. Ce nouvel appareil sera opérationnel cet été en Suisse romande, depuis la base de Lausanne, qui ouvrira ses portes au public les 10 et 11 mai prochains.

De l’argent exposé sous toutes les coupures

Bancomats et objets du quotidien se mêlent aux collections du Musée jurassien d’art et d’histoire pour interroger la place de l’argent au cours des siècles. Cette nouvelle exposition temporaire, « L’argent fait-il le bonheur? », jusqu’au 28 avril, a été conçue par la Stapferhaus, un centre de réflexion en Argovie. L’argent organise notre société et définit la façon dont nous voulons vivre, avance Alain Gloor, le chef de projet. Et si les collections du musée ont une valeur inestimable, elles ont toutes une histoire d’argent à raconter, s’amuse la conservatrice Nathalie Fleury, comme le prix d’une restauration.

L’apprentissage en mode dual progresse à Neuchâtel

En 2018, 1’659 contrats d’apprentissage en mode dual – à l’école et en entreprise – ont été conclus entre apprentis et entreprises neuchâteloises. 3% de plus qu’en 2017 et c’est un record, selon Monika Maire-Hefti, conseillère d’État en charge de l’éducation qui, ce matin, a annoncé les chiffres de la rentrée du secondaire 2. En revanche, 15 élèves n’ont toujours pas trouvé de solution à leur sortie de l’école obligatoire, mais suivent actuellement un programme, mené par l’Office de l’orientation, pour tenter de trouver chaussures à leurs pieds.

Elections à Tramelan: circulez, il n’y a rien à voir

Ce n’est un secret pour personne, l’enjeu de l’élection municipale de Tramelan est nul. La population veut bien essayer de se passionner pour l’unique question en suspens: qui des neuf candidats à l’exécutif s’assiéra sur les six sièges disponibles? Mais, pour l’instant en tout cas, aucune affiche électorale n’a fleuri au village. Selon Mathieu Chaignat (mouvement citoyen Débat), l’explication est toute simple: l’élection tacite de Philippe Augsburger à la mairie a aplati la campagne. Ce n’est pas le Maire réélu qui va s’en plaindre. Quoiqu’un petit peu quand même…

Les Brenets, commune pionnière de la monnaie locale

Malgré ses 1’050 habitants et alors qu’une motion populaire a été déposée au Grand Conseil pour créer une devise neuchâteloise, Les Brenets est la première commune neuchâteloise à se doter d’une monnaie locale, surnommée « le bruinet ». L’objectif est de stimuler la vie politique et l’économie du village. Seuls les élus communaux pourront, pour l’instant, utiliser cette nouvelle monnaie dans les commerces locaux. Une indemnisation de 30 bruinets, équivalente à CHF 30, leur sera remise après chaque séance du législatif, pour essayer de doper l’engagement politique des Brenassiers.

Flâner à Sainte-Croix sur plus de 150 ans

La nouvelle exposition temporaire « Flânerie à Sainte-Croix », du Musée des arts et sciences de Sainte-Croix, propose une rétrospective sur le village et ses environs, grâce aux clichés des photographes de la famille Deriaz de Baulme. Une soixantaine de photos, prises entre la fin du 19e siècle et 1950, ont été soigneusement sélectionnées dans les archives familiales par Armand Deriaz.

La fête des morts, version mexicaine, à Neuchâtel

Pour la plupart arborant sur le visage un squelette stylisé, et portant une Catrina, comprenez un squelette féminin en papier mâché, les participants à la fête des morts mexicaine se sont baladés en ville de Neuchâtel pour célébrer la Toussaint. Grégoire Mayor, co-directeur du MEN, propose de s’intéresser à cette autre variante de la fête des morts, histoire de s’apercevoir qu’il n’y a pas uniquement Halloween pour se faire peur.